logo site
Association Astronomique de l’Indre
Slogan du site

Le site officiel de l’Association Astronomique de l’Indre.
Association loi 1901 , dont le but est la promotion de la culture et de la réflexion scientifique, en particulier dans les domaines liés à l’astronomie et aux sciences de l’espace.

logo article ou rubrique
Sobieski s’en va-t-au champ

Détermination du champ couvert par des jumelles, un chercheur, une lunette courte

Article mis en ligne le 30 août 2019
dernière modification le 17 septembre 2019

par Lerautal

Mieux connaître son matériel d’observation pour pouvoir mieux l’utiliser

1. Sobieski ?

Ce monsieur qui se prend au sérieux, a son nom dans le ciel.

PNG

Avec Bérénice (la Chevelure de Bérénice), il est le seul personnage historique dont le nom est associé à une constellation.
Voir le court article sur l’Écu de Sobieski ici : httphttps://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cu_de_Sobieski

2. Pourquoi attacher de l’importance à cette constellation ?

Pour tout un tas de raisons :
- Constellation d’été « bien placée » (entre l’Aigle et le Sagittaire).
- Petite : on la cadre tout entière en trois « coups de jumelles ».
- Contient, en plus très rapprochés, deux objets intéressants : un amas ouvert (M 11, le « Canard Sauvage ») et une variable facile à suivre avec des moyens modestes (R Sct).
- Ni trop haute sur l’horizon (avec des jumelles, elle reste facile sans se casser la nuque), ni trop basse (elle serait cachée par les arbres ou les maisons).
- Visible pendant 2 à 3 mois , au moment où les actifs ont des vacances.

3. Repérage

Voici une image de Jean-Marie Limbert, extraite de l’article : http://aai.free-hosting.fr/Objectif-grand-champ-sur-pied-fixe.html

PNG

Le cadre blanc déborde un peu vers le Nord sur l’Aigle, de façon à encadrer la zone la plus intéressante de cette zone.
Zones à repérer à l’oeil nu ou aux jumelles.
(capture depuis Stellarium)

PNG

3.1.
Un nuage plus dense de la Voie Lactée (entouré ici en rosé).
C’est ce qui est le plus facile à repérer.

3.2.
Au-dessus, un arc d’étoiles en forme de coupe (entouré ici en jaune).

4. Champ couvert par un chercheur, des jumelles, une lunette

(le moment, pour Sobieski, d’aller au champ...)

Quel champ couvrent mes jumelles ? mon chercheur ? ma lunette courte ?
Cette information est très importante quand on débute et que l’on s’essaie à repérer un objet sans utiliser cercles de coordonnées ou Goto.

Voici quelques exemples, en utilisant une carte de l’AFOEV (Association Françaises des Observateurs d’Etoiles Variables).

Champ 6 degrés (chercheurs, petites jumelles) :

PNG

Champ 5 degrés (chercheurs, jumelles usuelles) :

PNG

Champ 3 degrés (jumelles puissantes, lunettes courtes avec oculaire de 25 mm) :

PNG

5. Une image improbable

(Image redimensionnée pour pouvoir respecter les dimensions imposées par l’hébergement internet).

JPEG
Cette image est est l’aboutissement d’un grand nombre de « Pourquoi je ne ... ? »
Autrement dit le contraire du renoncement.

Parfois, on se dit : « j’ai des bonnes jambes... et je suis fier d’avoir de si bonnes jambes ».
On se sent fier. C’est bien : c’est mieux que de se morfondre au fond d’un divan, à grignoter du sucré-salé en s’apitoyant : « J’ai de mauvaises jambes... ».
Certains, les plus hardis, osent quelque chose comme : « Puisque j’ai de bonnes jambes, pourquoi n’irais-je pas chercher mon pain, à pied, à 800 mètres de là ? »

C’est le début des « pourquoi ? » qui met en balance les qualités que l’on s’attribue... et la façon dont on en use.

1.
Pourquoi ne pas fabriquer une monture qui soit en dehors des solutions conventionnelles ?

La monture réalisée par Jean-Louis Bétoule a été évoquée ici, au paragraphe 4 : http://aai.free-hosting.fr/montures-adaptees-a-la-photographie-4.html

2.
Pourquoi utiliser le logiciel de Zwo pour capturer les images, alors que je prétends savoir programmer en Python ?

Jean-Louis a utilisé ici un « logiciel maison », en langage Python, pour capturer une cinquantaine d’images posées 8 secondes chacune.

... et, très important, la version « installée en local » d’Astrometry, devient facilement accessible, ce qui permet d’identifier le champ cadré avant de lancer la capture d’un grand nombre d’images.

3.
Pourquoi empiler les images avec SIRIL, DSS, IRIS... alors que je sais coder avec Python ?

C’est effectivement le cas ici : Les images sont empilées, filtrées avec un « logiciel maison », même si la touche finale est réalisée avec Gimp.

4.
Pourquoi utiliser un ordinateur portable alors que les cartes pas chères (Raspberry Pi) peuvent s’y substituer ?

Notre camarade a effectivement réalisé et expérimenté une valise globalement fonctionnelle (on a pu voir cette réalisation lors d’une nuit des étoiles).
Mais, pour diverses raisons (en particulier la taille de l’écran disponible), il a utilisé ici un ordinateur portable conventionnel.

— - fin provisoire des "pourquoi ? ---

Voici un extrait, en pleine définition, de cette image.
La recherche et le redressement ont été réalisés par Astrometry en ligne (et le fond rougeâtre visible à droite correspond au fond de ciel imposé par ce logiciel) .

PNG

L’amas situé dans le champ est M11 et les deux étoiles correspondent aux lettres c et f de la carte A de l’AFOEV.

Vieil objectif Vivitar 200 mm de focale et caméra Zwo ASI 183 couleur.

Cette image n’est pas parfaite, mais elle est le résultat d’une suite de réussites, de beaucoup de travail et de persévérance.

6. S’entraîner...

... est une bonne chose.
Et la constellation de l’Écu est beaucoup moins pénible à pointer avec des jumelles que la Lyre (autre petite constellation facile à repérer).


Dans la même rubrique

Plan du site Espace rédacteurs RSS

2009-2019 © Association Astronomique de l’Indre - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.20