logo article ou rubrique
Astronomie et imaginaire : où sont passées les Fées ?

Sauf s’il se spécialise dans l’observation du Soleil, l’astronome amateur exerce son activité la nuit.
Comme il recherche des nuits bien noires, il s’écarte des lieux habités et se retrouve dans l’obscurité, au milieux de bruits pas toujours identifiables...
Et la nuit change les perceptions, modifie les distances...
Elle nous dépouille d’une partie de nos artifices...

Article mis en ligne le 28 mars 2019
dernière modification le 4 avril 2019

par Lerautal

Retrouver un peu du merveilleux de l’enfance

1. Il était arrivé sur le terrain d’observation...

... au volant de sa belle automobile et l’avait garée, bien soigneusement.
Puis il avait sorti le trépied, la monture et le reste de son matériel.
Le ciel s’étant assombri, il avait fini la mise en station. Soigneusement. Méticuleusement.
Un fauteuil pliant, un coussin : il s’installait avec calme et détermination.

La nuit était tombée mais, au lieu d’observer, il s’agitait, appelant différentes personnes avec son télépĥone portable.

Une heure avait passé.

La nuit était idéalement belle et l’on n’entendait plus que les cris des oiseaux nocturnes et le frôlement de leurs ailes.

Personne de nouveau n’était venu et il montrait de plus en plus de signes de nervosité.

Nous avons deviné la suite...

Quand il a allumé ses phares et plié à la hâte avant de partir en emballant son moteur, nous avons souri.

Ce grand gaillard, sûr de lui dans sa belle auto, avait peur du noir.

Quand la nuit fut redevenue nôtre, nous avons fait un rond de danse et tourné, tourné... Nous les créatures oubliées : Fées et Gobelins...

2. Vous écrivez n’importe quoi...

... et ne faites pas honneur à la science que vous prétendez défendre.
Fées et Gobelins sont des êtres imaginaires, sortis des contes qui font peur aux petits enfants.
- Vous avez raison, bien-sûr, mais regardez ceci :"

- Et alors ?
- Cela résulte de l’empilement d’une série d’images des Pléiades...
- C’est curieux, cette sorte de poudre dorée.
- Oui. J’ai une explication, mais elle va vous déplaire.
-  ???
- Une Fée regardait l’image et la trouvait ratée...
- Et ???
- Elle a décidé de l’embellir et projeté de la poussière d’or.
- Avec des arguments tels que celui-ci..."

3. Une autre image pour s’évader un peu

Voici une image de la Lune prise, tôt le matin, le 27 mars 2019.
Gérard Cloarec voulait profiter du rapprochement de Sélénée et de Jupiter pour réaliser un joli cadrage.

JPEG

La présence de nuages donne à ce rapprochement un aspect irréel.

Le peintre et graveur Gustave Doré a souvent utilisé la Lune et les effets de nuages sombres dans son oeuvre.
Voir par exemple, cet article de la BnF (Bibliothèque nationale de France) : http://expositions.bnf.fr/orsay-gustavedore/arret/fables2.htm

Voir également celui-ci :
http://expositions.bnf.fr/orsay-gustavedore/arret/paysages.htm

Voici maintenant une capture faite depuis le logiciel Carte du Ciel pour le 27 mars 2019 à 7 heures.

JPEG

4. L’enfance et l’imaginaire

Faut-il raconter des histoires aux petits enfants pour enrichir leur imagination ?
Ce poème chanté par le Canadien Félix Leclerc va dans ce sens : quand on éveille l’imagination d’un enfant, on aide l’adulte qu’il sera à traverser les épreuves de la vie...

" J’inviterai l’enfance à s’attarder le temps qu’il faut
Qu’elle empoche des images pour les soirées d’hiver
Pour les longues, longues heures de l’adulte
Qui n’en finit pas de pousser sur l’ennui…"

https://www.youtube.com/watch?v=hrxsv4W8q0g

Plus près de nous, par le territoire, George Sand raconte l’histoire de « La Grand Bête » :
https://fr.wikisource.org/wiki/L%C3%A9gendes_rustiques/La_Grand%E2%80%99B%C3%AAte

5. Et l’astronomie dans tout cela ?

Une photographie astronomique est un document réalisé pour apprendre quelque chose sur le monde qui nous entoure.
Un photométriste sera satisfait d’une série d’images que beaucoup trouveront laides.
Pour d’autres, une image plus esthétisante aidera à prendre conscience de la beauté des choses.
Les télescopes en haute altitude, les sondes spatiales, les radio télescopes nous ont habitués aux images en « fausses couleurs » qui choquaient les gens il y a quarante ans.

En nous cohabitent l’enfant en quête d’émerveillement et le scientifique à la recherche d’explications et de faits objectifs. La curiosité et l’imagination font bon ménage.

Une vision symbolique (encore une...) affirmerait que nous avançons sur deux jambes... et que nous n’avons pas intérêt à en affaiblir une au profit de l’autre.... au risque de tourner en rond


Plan du site Espace rédacteurs RSS

2009-2019 © Association Astronomique de l’Indre - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.97