logo site
Association Astronomique de l’Indre
Slogan du site

Le site officiel de l’Association Astronomique de l’Indre.
Association loi 1901 , dont le but est la promotion de la culture et de la réflexion scientifique, en particulier dans les domaines liés à l’astronomie et aux sciences de l’espace.

lien vers le forum
logo article ou rubrique
Et si la nuit des étoiles était un autre jour ?

Origine du rassemblement.
Pourquoi une telle date ?
Pourquoi la nuit est-elle si longue à venir ?
Et si l’on utilisait une autre date ?

Article mis en ligne le 5 août 2018
dernière modification le 9 août 2018

par Lerautal
logo imprimer

Une si longue attente...

1. Origine de la nuit des étoiles

L’article de Wikipédia donne la définition suivante :
Les Nuits des étoiles sont une manifestation astronomique estivale gratuite destinée au grand public, organisée en France et dans plusieurs pays d’Europe et d’Afrique.

Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nuits_des_%C3%A9toiles

La « première fois » était en 1991 et l’évènement s’appelait alors « Nuit des étoiles filantes ».

Étoile filantes ?

L’orbite terrestre traverse, entre le 20 juillet et le 25 août, celle de la comète Swift-Tuttle. Cela génère la rentrée dans l’atmosphère de débris abandonnés par la comète, avec un maximum entre le 11 et le 15 août.
La majorité des « larmes de la Saint-Laurent » semble venir de la constellation Persée... d’où le nom.
Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pers%C3%A9ides

Choix de la date
À cette période, de nombreuses personnes sont en vacances et peuvent se coucher plus tard. La météo est souvent favorable et les étoiles filantes ajoutent un peu de surprise à l’observation du ciel.
La date est choisie également de façon à éviter les jours où la Lune, trop lumineuse gênerait l’observation des étoiles et de la Voie Lactée.

Complément apporté par Rémy Galea.

Avant le lancement officiel de cette manifestation, quelques initiatives ont existé pour accueillir le public néophyte sur des lieux d’observations.
La médiatisation de quelques phénomènes astronomiques mondiaux à la télévision - en particulier sur la deuxième chaîne en association avec l’AFA - a permis l’existence d’une émission sur les nuits des étoiles filantes (nom original de l’émission TV et de la manifestation) tous les ans.
Ces manifestations, déclinées localement par toutes les associations d’astronomie, ont rencontré un succès populaire qui a fait que même après l’arrêt de l’émission TV le public répondait tous les ans présent et que l’engouement continue.
Un des événement qui a fortement contribué au succès de ces manifestations, c’est en particulier l’éclipse de 1999 qui coïncidait avec l’organisation de la nuit des étoiles et fut très médiatisée.

Mes sources :
Quelques souvenirs
Les archives de l’AFA
Les archives du CNRS

2. Pourquoi la nuit est-elle si longue à venir ?

Prenons l’exemple du 3 août 2018 pour la latitude de Paris (celle de Jeu-les -Bois n’induit que quelques minutes de décalage) et les éphémérides éditées par la Société Astronomique de France.

Heure de coucher du Soleil : 19 heures et 26 minutes.

Non, il n’y a pas d’erreur : l’heure des astronomes est donnée en temps universel. Pour obtenir l’heure civile (heure d’été en plus), il faut ajouter deux heures.

Heure de coucher du Soleil : 21 heures et 26 minutes.

Mais comment définit-on le coucher du Soleil ?
Le coucher de Soleil est le moment où le Soleil disparaît derrière l’horizon, dans la direction de l’Ouest. Le jour laisse alors place au crépuscule.
Cité depuis : https://fr.wikipedia.org/wiki/Coucher_de_soleil

Nous étions nombreux, ce soir-là à Jeu-les-Bois et chacun a pu constater qu’à
21 heures et 26 minutes il ne faisait pas nuit.
Essaierait-on de nous tromper ?

Non : un mot important figure dans la définition : le crépuscule.

Le crépuscule

Le crépuscule désigne le moment de la journée situé entre le jour et la nuit, lorsque le ciel s’assombrit progressivement après le coucher du soleil.

Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9puscule

Il existe plusieurs définitions du crépuscule et nous retiendrons le crépuscule astronomique, plus long. Quand il se termine, il devient possible de voir les étoiles les plus faibles accessibles depuis un lieu (et les circonstances : pollution lumineuse....).
Le 3 août, le crépuscule astronomique durait 144 minutes, soit deux heures et 24 minutes !!!!
Si l’on ajoute 21 heures et 26 minutes et 2 heures 24 minutes, on obtient l’heure de la nuit complète : 23 heures et 50 minutes.

Pas étonnant qu’on se soit couchés si tard.

3. Prenons d’autres dates

Ces dates ne correspondent pas du tout au projet « nuit des étoiles ».

15 septembre 2018

Nous envisageons une veillée aux étoiles le 15 septembre. À quelle heure fera-t-il nuit (sans tenir compte de la Lune) ?
Coucher du Soleil : 18 h 04 (TU) soit 20 h 04 en temps civil.
Durée du crépuscule astronomique : 109 minutes (ou 1 heure et 49 minutes).
Il fera nuit à : 20 h 04 m + 1 heure et 49 m = 21 h 53 minutes.
On gagne ici près de deux heures par rapport au 3 août !!!

Nous aurons plus de temps pour profiter de la nuit (en se couvant peut-être plus).

15 octobre 2018

Coucher du Soleil : 17 h 01 (TU) soit 19 h 01 en temps civil.
Durée du crépuscule astronomique : 105 minutes (ou 1 heure et 45 minutes).
Il fera nuit à : 19 h 01 m + 1 heure et 45 m = 20 h 46 minutes.

Il faudra sûrement se couvrir davantage... et la buée ne sera pas notre amie.

4. Compléments et remarques

Michel Brialix, vice-président de l’AAI, est la personne ressource pour ce qui se rapporte au temps, aux cadrans solaires, mais aussi aux définitions utilisées en astronomie.
Par mail, il m’a transmis les remarques suivantes qui sont reportées ci-dessous.

Simple remarque : Peut-être aurait-il été bon de rappeler que le crépuscule est divisé en 3 parties (civil, nautique et bien sûr astronomique)

  1. Le civil avec la montée de l’arche crépusculaire à l’Est et l’apparition des planètes lumineuses (Jupiter, Vénus) et 2 ou 3 étoiles les plus lumineuses, on peut démarrer l’observation des planètes.
  2. Le Nautique au début les premières étoiles, c’est le moment de mettre en station son instrument à l’aide de la Polaire, l’observation peu commencer avec un bon suivi des amas d’étoiles.
  3. L’arrivée de l’astronomique c’est le ciel profond qui est à notre portée, parfois même à l’oeil nu en vision décalée pour M31, les pléiades, le double amas de Persée, la nébuleuse d’Orion et sans doute j’en oublie.

La détermination de ces trois phases correspond à la position du Soleil sous l’horizon :
- 0 à 6° pour le civil,
- 6 à 12° pour le nautique
- et 12 à 18° pour l’Astronomique.
Evidemment le déroulement est inverse avec l’arrivée de l’aube. La durée totale de ces 3 phases varie avec les saisons et la latitude du lieu, c’est en été qu’elle est la plus longue (tu l’as bien démontré par les chiffres) et c’est à l’équateur qu’elle est la plus courte le soleil tombant à la verticale par rapport à l’horizon aux équinoxes et avec un angle de 23° au solstices. Aux pôles au solstice d’été pas de crépuscule aux équinoxes un soleil au ras de l’horizon au solstice d’hiver la nuit continue drôle de vie, ils ne voient jamais les étoiles l’été seulement en hiver par un froid polaire. On est bien à nos latitudes moyennes !!


Forum
Répondre à cet article

Pensez y !

Nous contacter : Courrier électronique

Association Astronomique de l’Indre
230, Avenue de Verdun
36000 Châteauroux - France

Adhérents :

Pensez à vous identifier ci-dessus pour avoir accès à la partie réservée de ce site.

Plan du site Espace rédacteurs puce RSS

2009-2018 © Association Astronomique de l’Indre - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.6